Un triste Anniversaire

Il y a bientôt un mois de ça, le samedi 13 février, se produisait un tremblement de terre de magnitude 7 dans le Nord du Japon.

Ce tremblement de terre sous marin, s'est déclaré à 60 km de profondeur et toujours au large des côtes de Fukushima.

Il serait une réplique du séisme de 2011, même 10 ans après, ce qui serait dérisoire sur l'échelle du temps.

 

Par chance, ce séisme n'a déclenché aucune alerte tsunami. Les blessés seraient environs une centaine et n'auraient pas été gravement touchés (heureusement pour eux!) Les dégâts sont principalement matériels (des autoroutes, des glissements de terrains, des lignes de chemin de fer et des maisons sans dessus dessous)

 

La centrale nucléaire de Fukushima n'a pas été impactée.

 

Ce tremblement de terre à été fortement ressenti à Tokyo (qui se situe à 200 km au Sud de la centrale de Fukushima)


Et il y a 10 ans de ça, se produisait donc le tristement célèbre tremblement de terre (mais surtout le Tsunami) du 11 mars 2011.

En 2018 j'ai écrit cet article (que je n'ai jamais publié) sur le tremblement de terre de 2011 et son bilan. Je ne sais pas pourquoi je ne l'ai pas publié, peut être pour éviter de remuer le couteau dans la plaie, ou pour ne pas partager cette intimité ? Enfin, cette intimité, il faudrait bien en comprendre le contexte, parce que personne ne pourra me dire qu'il n'a pas entendu parler du tremblement de terre de Fukushima en mars 2011!

 

Alors, si je faisais un bilan ? (en me basant sur mon article de 2018)

 

LE SÉISME :

C'est le 11 mars 2011 que le tremblement de terre de magnitude 9 a secoué le Tohoku, provoquant le tsunami. Il a commencé le vendredi à 14h46, heure locale, et la secousse a duré environ six minutes. 

 

LE TSUNAMI :

Moins d'une heure après le séisme, la première des nombreuses vagues du tsunami a frappé le littoral japonais.

Les vagues du tsunami ont atteint des hauteurs de 39 mètres dans la ville de Miyako (dans la Préfecture d'Iwate) parcourant jusqu'à 10 km dans les terres et inondant une superficie estimée à environ 561 kilomètres carrés.

Les vagues ont submergé et détruit les digues protectrices des tsunamis à plusieurs endroits et des bâtiments de 3 étages dans lesquels des gens s'étaient réfugiés, ont été détruits.

 

LA CENTRALE NUCLÉAIRE :

Le tsunami a provoqué une défaillance du système de refroidissement de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, qui a entraîné une fusion nucléaire de niveau 7 et la libération de matières radioactives.

Les générateurs d'énergie électrique et de secours ont été submergés par le tsunami et l'usine a perdu ses capacités de refroidissement.

De très faibles concentrations de produits chimiques radioactifs provenant de Fukushima ont été détectées le long de la côte nord-américaine, au large du Canada et de la Californie. 

 

L'ALERTE :

Les résidents de Tokyo ont reçu une minute d'avertissement avant que la forte secousse frappe la ville, grâce au système d'alerte précoce du tremblement de terre du Japon.

Les codes de construction sismiques rigoureux et le système d'alerte précoce du pays ont évité de nombreux décès dus au tremblement de terre, en arrêtant les trains à grande vitesse et les chaînes de montage des usines.

Les Japonais ont également reçu des alertes textuelles, des avertissements de tremblement de terre et de tsunami sur leurs téléphones portables.

 

Dans les régions comme Miyagi et Fukushima, seulement 58% des personnes se sont dirigées vers des hauteurs immédiatement après le séisme, selon une étude du gouvernement japonais publiée en août 2011. Beaucoup de gens ont sous-estimé leurs risques personnels, ou ont supposé que le tsunami serait petit comme ceux qu'ils avaient précédemment connu.

 

AU NIVEAU MONDIAL : 

Les vagues du tsunami ont traversé le Pacifique, atteignant l'Alaska, Hawaï et le Chili.

Au Chili, le tsunami atteignait 2 mètres de hauteur, bien que situé à plus de 17 000 km.

Ce tremblement de terre fut tellement puissant que ses effets ont été ressentis dans de nombreux pays du monde, et même jusqu'en Norvège.

Environ 5 millions de tonnes de débris sont partis en mer. Des quais, des navires japonais et d'innombrables articles ménagers sont arrivés sur les côtes américaines et canadiennes au cours des années suivantes. 

Les bâtiments détruits par le tsunami ont libéré dans l'atmosphère des milliers de tonnes de produits chimiques destructeurs d'ozone et de gaz à effet de serre.

 

LE TRISTE BILAN : 

En Juin 2016, le nombre de décès confirmés était de 15 894, selon l'agence de reconstruction.

Plus de 2 500 personnes sont toujours portées disparues.

C'est environ de 200 milliards de dollars de dommages financiers, que représentent la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire.

Plus de 120 000 bâtiments ont été détruits, 278 000 ont été à moitié détruits et 726 000 ont été partiellement détruits.

 

Aujourd'hui, les résidents se remettent encore de la catastrophe.

En février 2017, il y avait encore environ 150 000 évacués qui ont perdu leur maison; 50 000 d'entre eux vivaient encore dans des logements temporaires, a indiqué l'agence de reconstruction du Japon.

 

La situation n'est toujours pas sous contrôle à Fukushima (et même en 2021)

"La contamination de l'environnement marin induite par cet accident est considérée comme étant la plus grande pollution radioactive marine de l'histoire."

 

Le bilan est Chaotique pour l'environnement et les répercussions sur la santé des personnes vivant a proximité de la zone contaminée sont très graves.


Aujourd'hui, les Japonais ont reconstruit de nombreuses villes et villages dans le Nord du Japon. Ils ont cette capacité à rebondir car ils sont habitués et vivent avec les tremblements de terre.

 

Lorsque j'ai demandé des nouvelles de mes amis à la mi février, après ce nouveau tremblement de terre, la réponse qui m'aura fait le plus rire est celle d'Emiko : "La maison est retournée mais c'est une bonne chose, ça va me permettre de ranger ma chambre"

Alors, qu'en dire de plus ?!

Suivez-moi sur les réseaux sociaux!


La Société - ChuPon - N° SIRET : 847 572 088 00015 - Code APE : 7990Z - Gérante : Charlie GRANSAGNE - Siège social : 11 Rue Saint Yves - BL 55 - 75014 PARIS - Téléphone : 06 61 64 07 33 - Mail : chupon.voyages@gmail.com